Tous les articles par jeannoelsarrail

A propos jeannoelsarrail

Chanteur pianiste, montreur d'étoiles

L’astronome

Ayant grandi sous le ciel étoilé de l’Ariège, Jean-Noël s’est très vite passionné pour l’Univers et ses mystères. Il a obtenu un diplôme universitaire en astrophysique délivré par la Faculté de Paris XI. Il donne régulièrement des conférences dans divers lieux et festivals. Il est actuellement président de l’observatoire de Sabarat dans l’Ariège.

Biographie

Jean-Noël voit le jour un dimanche d’octobre 1963 à midi dans la ville de Toulouse.
Il grandit aux pieds des Pyrénées, la tête dans les étoiles.
Très jeune, il pianote aux côtés de sa mère sur le Gaveau familial et découvre le ciel grâce à son grand-père « Géo-trouvetout ». Il est bercé par les chansons françaises jouées à la guitare par son père, les disques anglo-saxons de ses cousines et la musique classique de ses grands-parents.
Dès l’âge de 15 ans, il compose ses premières chansons et monte son premier groupe de rock. Dès lors, l’écriture, la composition et le chant se révèlent à lui comme une évidence !
A 17 ans, il entre au Conservatoire de Toulouse pour quelques années. Il n’y reste pas très longtemps car la rigueur d’une carrière de concertiste ne l’attire pas.
Il ne renie pas pour autant la musique classique : en 1988, il compose une pièce pour 8 musiciens de l’Orchestre du Capitole.
Hésitant entre le métier d’astronome et une carrière de musicien, il choisit finalement d’enseigner ces deux disciplines. De même, il mêle souvent dans ses chansons ses deux passions : musique et astronomie.
A 27 ans, il part vivre un an en Californie afin de baigner dans la musique West Coast qu’il affectionne particulièrement. Il en profite pour composer et arranger dans les studios de Los Angeles.
De retour en France, Jean-Noël est remarqué par Michel Legrand avec son titre « Ils ont perdu leur soleil ». Suivront deux albums autoproduits : « Clair de Terre » accompagné sobrement par un trio acoustique (piano, flûte traversière et violoncelle) et « Bout de Vie », album plus abouti dans lequel une quinzaine de musiciens interviennent.
L’éclectisme musical dans lequel il a baigné dès son plus jeune âge se retrouve dans la centaine de chansons qu’il a composées. Parmi ses influences, on peut citer Michel Jonasz, Bernard Lavilliers, William Sheller, Stanislas ou encore Paul McCartney, Sting, Stevie Wonder ou Gino Vannelli qu’il est allé rencontrer chez lui à Portland récemment.
Jean-Noël vient de sortir son nouvel album « La lune se lève ».

3e album : La lune se lève

"Avec son troisième album, « La lune se lève », Jean-Noël Sarrail nous démontre qu’il est capable de s’envoler vers les étoiles, mais en restant bien accroché à son piano. Parfois intimiste, parfois excentrique, notre troubadour nous dévoile un troisième album qui bouscule les habitudes françaises, avec trois parties sur la même galette, des chansons, des suites martiales et des suites lunaires. Jean-Noël propose des textes touchants et poétiques. Loin de lever le voile sur sa personnalité complexe, il balade entre l’infinie délicatesse et la douce mélancolie. « Je raconte aussi la vie, l’amour, l’enfance et j’entends donner une vision de notre planète. » Il est vrai que notre toulousain, outre sa passion pour la musique est un vrai montreur d’étoiles, puisqu'il exerce également la profession de formateur en astronomie." Thierry Gausserand

2e album : Bout de vie

"Avec ce deuxième album, Jean-Noël Sarrail continue de nous surprendre en nous faisant partager une aventure dont il sait maîtriser tous les risques. Mélodies enrubannées et rythmiques latinos, dialogues roucoulants en coulisses entre un accordéon volubile et des arrangements teintés de jungle et d'échanges sinueux, frottements fraternels de cordes croisées, tout y est… Alors que certains s'essaient à de simples tentatives, Jean-Noël Sarrail préfère simplement céder à ses tentations, avec la volonté de s'ouvrir aux mouvements du monde, sans chercher à rallier les tendances racoleuses de son époque et sans jamais renier ses premiers attachements, comme dans sa reprise d'« Ils ont perdu leur soleil ». Ce disque 100 % toulousain est rare parce qu'il cache une complexité sous une attitude modeste. « La subtilité portée au rang de réussite, c'est un de mes objectifs », termine Jean-Noël Sarrail." Thierry Gausserand - La Dépêche du Midi - 2007